Archive for Respect du droit

Ensemble Pour Longpont se renouvelle

EPL change son bureau et a, depuis novembre, un nouveau président, Pierre VIBET, qui a l’honneur de remplacer Alain LAMOUR. Celui-ci reste toutefois au Conseil d’Administration.

Pierre VIBET

Par ailleurs EPL se renforce régulièrement par l’adhésion de nouveaux membres volontaires, dans le but de faire grandir et progresser cette équipe, entre autres par le lancement de nombreux groupes de travail de démocratie participative, auxquels de plus en plus de longipontains adhèrent.

Un grand merci à Alain pour tout le travail accompli à EPL, travail qu’il poursuit avec autant d’énergie sous une forme différente, en tant que Maire de notre commune, et bonne continuation à Pierre.

Prairie de la Chartre : une implantation inquiétante

LP10-6-15prairiechartreAu bout du chemin de la Prairie de la Chartre, au sud de la commune, un vaste terrain en zone naturelle acquis par donation est en cours de remblaiement avec divers déchets de démolition. La municipalité semble impuissante, comme en témoigne cet Article du Parisien. Là encore, après avoir affiché une attitude pour le moins complaisante sur le sujet pendant la campagne électorale, la majorité est rattrapée par la réalité.

Notre volontarisme en matière de lutte contre les implantations illégales n’est plus à démontrer. Loin de toute polémique, le groupe des élus d’Ensemble pour Longpont soutient et soutiendra toutes les initiatives prises par la municipalité pour lutter contre ce phénomène spécifique à Longpont.

Un cabinet d’audit qui sent le soufre

La majorité a choisi le cabinet ARCET Cotation pour réaliser un audit financier et organisationnel de la ville. Un cabinet sujet à caution.

1 – Nous n’avons pas été associés au choix du cabinet, alors même que nous étions favorables à cet audit.

2 – Ce cabinet réalise des audits environnementaux. Il n’est pas spécialisé dans les audits financiers ni organisationnels. Il suffit de se rendre sur le site internet de ce cabinet pour s’en rendre compte.

3 – Ce cabinet a été créé par Roland Branquart, qui a eu maille à partir avec la justice, et Michel Vialatte. Ce dernier, directeur général d’ARCET Cotation jusqu’en juillet dernier, a été condamné à 3,5 ans de prison ferme pour une affaire de marchés truqués à Nice.

4 – Thierry Lidolff, nouveau directeur général d’ARCET Cotation et consultant chargé de l’audit de Longpont a été épinglé par la Chambre régionale des comptes, lorsqu’il était directeur général des services du Loiret pour rémunération excessive. Il a également été mis en cause pour harcèlement moral. Il a été licencié de son poste suivant de directeur général des services des Hauts-de-Seine pour avoir voulu dépenser 90 000 euros pour refaire son bureau. C’est ce Monsieur que la majorité a choisi pour réaliser un audit à Longpont.

Logement social : quand l’État prend les choses en main

Lors de son audition devant les élus du conseil général, le Préfet de l’Essonne Bernard Schmeltz a annoncé que l’État avait mobilisé ses terrains à Savigny, Juvisy et Marcoussis, pour y faire construire environ 200 logements. Il estime que 9 300 constructions par an seraient nécessaires en Essonne. À Longpont, l’État dispose de terrains, notamment liés au projet C6 de doublement de la RN 20, aujourd’hui abandonné.

Logement social : la politique de la municipalité mène tout droit à l’augmentation des impôts

IMG_2080Mardi dernier, lors du conseil municipal, l’engagement triennal, c’est-à-dire le nombre de logements sociaux que la commune doit construire dans la période 2014-2016, a été voté à l’unanimité. La commune “s’engage à favoriser la réalisation de 122 logements locatifs sociaux dans la période triennale de 2014-2016”. Nous avons interrogé la majorité sur les réalisations en cours et à venir. Pour l’instant, seuls les projets que nous avions déjà engagés sont prévus (un peu plus d’une quarantaine). Rien d’autre. Nous sommes donc bien loin de tenir l’engagement triennal, surtout lorsque l’on connaît le temps que prend un programme immobilier à se monter.

Quelles seront les conséquences ? D’abord une pénalité pouvant aller jusqu’à 10 % des dépenses réelles de fonctionnement, soit… 750 000 euros. Ensuite, une baisse conséquence de la DGF (Dotation globale de fonctionnement) versée par l’État, comme en témoigne cet extrait de Maire Infos d’aujourd’hui :

“ La dotation globale de fonctionnement (DGF) des communes pourrait être calculée en fonction du nombre des logements sociaux qu’elles mettent en chantier, et une mesure en ce sens sera incluse au projet de loi de finances (PLF) pour 2015, a écrit le Premier ministre Manuel Valls au premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis. Il s’agissait d’une demande de ce dernier, qui avait adressé une lettre le 3 juin exprimant plusieurs requêtes à Manuel Valls, à la veille de l’examen du budget rectificatif. « Votre proposition rentre dans le champ de notre réflexion qui vise à inciter les maires à délivrer des permis de construire afin de développer l’offre de logement là où les besoins sont les plus aigus. Nous allons y travailler et proposer un dispositif dans le PLF 2015 », qui sera présenté fin septembre au Conseil des ministres, a affirmé Manuel Valls.  Ces derniers jours, les organismes HLM regroupés dans l’Union sociale pour l’habitat (USH) ont tiré la sonnette d’alarme en constatant le gel en Île-de-France de nombreuses opérations de construction programmées, les nouvelles équipes municipales élues en mars ayant décidé de les réexaminer, voire de les remettre en cause.”

Réexaminer, voire remettre en cause, c’est exactement ce que fait la majorité en révisant le PLU. Pénalité de 750 000 euros + baisse de la DGF = augmentation des impôts. Tout un programme…  de la municipalité.